AUJOURD’HUI EN LIBRAIRIE : LA BÊTE QUI MANGEAIT LE MONDE

Antoine Nochy, récit 270 p., Ed. Arthaud

« La première fois que j’ai vu des loups, c’était en Cévennes, en 2004, à quatre kilomètres à pied du village dont est originaire ma famille. J’ai compris à cet instant que nous avions une meute. J’ai voulu en parler, ça n’était pas le moment. Les visages se fermaient, les sourcils se dressaient. Des loups ! Pensez donc ! Les années sont passées. Et puis d’un coup, plus de sangliers ou de chevreuils là où on les attendait d’habitude à la battue, des troupeaux fébriles, des traces en losange, des chiens qui disparaissaient, quelque chose dans le pays avait bel et bien changé. »

Dans les Cévennes où il vit, à une centaine de kilomètres du Gévaudan, sur les terres qui ont inspiré La Chèvre de monsieur Seguin, au royaume de cette bête dont on disait autrefois qu’elle mange le monde, Antoine Nochy a traqué le loup pendant plusieurs mois. Il a arpenté les sentiers, les berges, les drailles à la recherche de signes et de traces et a écouté parler les hommes. Le loup, ce prédateur dont l’éradication fut pour les Européens un des premiers critères de la modernité, est de retour. Saurons-nous cohabiter avec le sauvage ? Lui apprendre des limites et lui faire respecter les activités des humains, avec qui il doit, lui aussi, partager son territoire et ses usages ?

Antoine Nochy, philosophe, écologue, spécialiste de la cohabitation avec les animaux sauvages, a été formé à l’étude et à la gestion du loup par les scientifiques du parc national de Yellowstone. De 2000 à 2004, il a accompagné les équipes scientifiques en charge de la réintroduction du loup gris et du rétablissement de ses populations dans trois Etats américains des Northern Rocky Mountains (Wyoming, Montana et Idaho)

A Lire – Du saumon, de l’abeille et du loup, Billebaude n°5 : La forêt

Couverture Billebaude : La charmeuse de serpents (Détail) Rousseau Henri (dit le Douanier Rousseau), 197, France Huile sur toile, paris, musée d'Orsay

Couverture
La charmeuse de serpents (Détail)
Rousseau Henri
(dit le Douanier Rousseau), 197, France
Huile sur toile, paris, musée d’Orsay

Du saumon, de l’abeille et du loup : petit traité d’ingénierie écologique
Antoine Nochy et Jean-Jacques Blanchon (Association Houmbaba)

Pour raconter une forêt, il faudrait d’abord écouter ce qu’elle a à nous dire. Car si les hommes sont maîtres de l’espace, les arbres sont les maîtres du temps. Face à la détérioration des milieux naturels, la forêt demeure notre principal thermostat climatique.

Notre histoire commence il y a 7 millions d’années, sans doute en Afrique de l’Est, quand notre lignée – préhumains – se sépare de celle des singes – prégorilles et préchimpanzés –, à partir d’un ancêtre commun. Nous venons des arbres. « Comme un petit primate, un mauvais grimpeur déjà bipède, qui grimpait le long des troncs ou passait de branche en branche en s’agrippant avec ses membres supérieurs », peut-on lire dans La Plus Belle Histoire de l’homme¹. La forêt garde une capacité à se réinventer, car les arbres fonctionnent dans l’éternité. C’est aussi à partir de la forêt que pourrait se réinventer l’humanité.

Continue reading

A Lire – Le devenir loup, Billebaude n°4 : Le loup

Couverture de Billebaude n°4 - Le loup Juin 2014

Couverture
© Antoine Schneck, Leur chien, 2010

LE DEVENIR LOUP
Anne de Malleray, promenade avec Antoine Nochy

Pour comprendre le loup, nous sommes allés à sa recherche avec un ingénieur écologue « coureur de bois ». Approcher cet animal élusif oblige à convoquer expériences, techniques et savoirs multiples. Il faut savoir écouter les hommes et penser comme une forêt.

Continue reading

A Lire – Sur la piste du loup

Sur la piste du loup

A lire dans PhiloMag de septembre 2013

« Le paradoxe de la modernité, c’est le retour du sauvage » C’est en Lozère que le chercheur en philosophie Baptiste Morizot est parti, en compagnie l’ingénieur écologue et philosophe Antoine Nochy, sur les traces de cet animal redouté par les éleveurs et sanctifié par les écologistes. L’enjeu : trouver la juste place de l’homme dans la nature. Continue reading

A Lire – Le fauve reprend sa marche en avant

«Le fauve reprend sa marche en avant»

«Le fauve reprend sa marche en avant»

Paru dans Le courrier de la nature n°276 (juillet-août 2013) Société Nationale de protection de la Nature Article d’Alain Sennepin, «Le fauve reprend sa marche en avant»  En 2010, feu Christiane Ruffier-Reynie se basait sur les données d’Alain Sennepin pour rendre compte des projets visant à raugmenter les populations de tigres en Eurasie, plus particulièrement en Russie (cf. Le Courrier de la Nature n° 252, p. 9-11, « Le Dragon vert, un espoir pour les tigres européens »). Continue reading

A lire – Écologie et politique, la gauche doit s’occuper de la réalité

Écologie et politique, la gauche doit s’occuper de la réalité

Article paru dans Libération le 18 juin 2012

Par Antoine Nochy et Jacques Deschamps, association Houmbaba.

« Écologie et politique, la gauche doit s’occuper de la réalité »

Nous constatons la difficulté, voire l’incapacité du discours politique à se poser la question de la réalité. Incapacité partagée par la droite et la gauche et, paradoxalement, par un certain discours écologique trop simpliste.

Continue reading

A Lire – Le loup reflète notre rapport au sauvage

le grand témoin, Antoine Nochy dans le n°267 de Terre Sauvage

Dossier, le grand témoin de décembre – janvier 2011

Le grand témoin de décembre – janvier 2011 dans le Terre Sauvage N°267

Par Antoine Nochy, Association Houmbaba

« Le loup reflète notre rapport au sauvage »

Le loup m’intéresse, comme  les autres grands prédateurs, par ce qu’ils nous révèlent de notre rapport à notre environnement, à notre cadre de vie…
Continue reading

A lire – L’impensé de la ville

L'impensé de la ville

L’impensé de la ville, Patrick Degeorges et Antoine Nochy, sous la direction de Patrick Bouchain. Construire autrement ActeSud/P.Bouchain.

Texte de Patrick Degeorges et Antoine Nochy, sous la direction de Patrick Bouchain. janvier 2002

«  L’impensé de la ville »

atelier « La forêt des délaisses »Janvier 2002

« C’est à partir de ces terrains incertains et sans nom, de ces zones troubles d’indifférence, que devront être pensées les orientations et les modalités d’une nouvelle politique. »

Les terrains délaissés sont des espaces résiduels rendus structurellement inutilisables par l’aménagement du territoire. Leur production n’est ni accidentelle, ni fortuite. Désaffectés et dépréciés, déclassés parce qu’inclassables, mis en faillite au nom d’un impératif rationnel d’efficacité, ils sont les déchets de l’aménagement. Ce sont les restes d’une division qui ne tombe pas juste, les chutes du découpage fonctionnel de l’espace.

Continue reading

A lire – Le Loup, « affaire d’Etat »

Numéro 9 (Mai/Juin 2004) – Les Cahiers du Proses

Le Loup, « affaire d’Etat »

de Patrick J. Degeorges, Doctorant en Sociologie Politique et Politiques Publiques, PROSES, Sciences-Po Paris et Antoine Nochy, Maîtrise de Philosophie.

Patrick Degeorges et Antoine Nochy ont participé, pendant trois mois, de novembre 2000 à janvier 2001, en tant que volontaires internationaux, dans le cadre du Wolf Project, sous la direction de Douglas Smith (Yellowstone Center for Ressources, YCR) au programme hivernal de suivi des loups dans le parc national de Yellowstone, aux Etats-Unis.

Lire l’article sur Sciences-po.fr [ ATTENTION – Une refonte de site à eu lieu donc l’article n’est plus accessible et introuvable sur leur moteur de recherche…! ]

Nous vous proposons de télécharger – « Le Loup, Affaire d’état » au format PDF –
Numéro 9 (Mai/Juin 2004) – Les Cahiers du Proses